publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Ecologie > Du gaz de houille et de schiste pour aider la chimie
Partager : 
Imprimer

Montebourg annonce à Lyon

Du gaz de houille et de schiste pour aider la chimie

Lancer l’exploitation du gaz de houille et poursuivre la recherche sur le gaz de schiste, voilà les pistes qu’Arnaud Montebourg a annoncées à Lyon pour aider l’industrie de la chimie.

« L’industrie de la chimie en France doit faire face à une concurrence sauvage de la part de pays qui ont investi dans le gaz de schiste », a clamé le ministre du redressement productif. Dans le viseur de Montebourg : les États-Unis qui en extraient déjà 6,2 millions de barils par jour.

L’industrie chimique, par nature énergivore, est fortement consommatrice de gaz. Or, « le gaz coûte trois fois plus cher en France qu’aux États-Unis », précise Philippe Goebel, président de l’Union des industries chimiques (UIC).

Un gaz made in France

D’où l’idée du ministre de trouver des alternatives moins chères aux gaz naturel importé. Seul souci, si la France détient avec la Pologne les réserves les plus importantes de gaz de schiste en Europe, son extraction, jugée dangereuse pour l’environnement, y est interdite depuis 2011. Arnaud Montebourg a alors décidé de se rabattre dans un premier temps sur le gaz de houille, présent dans le charbon, et dont les plus grosses réserves françaises se trouvent en Lorraine.

« C’est un gaz made in France, un gaz en marinière en quelque sorte, qui pourrait assurer à la France entre cinq et dix ans de consommation », s’est enflammé Arnaud Montebourg. Selon lui, le gaz de houille, contrairement au gaz de schiste, peut s’extraire sans recourir à la fracturation hydraulique et donc « sans risque pour l’environnement ».

« La profession nous a demandé aussi d’avancer sur le gaz de schiste », a-t-il ajouté, rappelant que le gouvernement entendait poursuivre les études sur des techniques d’extraction alternatives à la fracturation hydraulique, plus respectueuses de l’environnement.

La chimie à base de plantes

Une autre piste évoquée pour aider le secteur : la chimie à base de végétaux. « 90% des sacs en plastique sont importés d’Asie et fabriqués à base d’hydrocarbures. Nous souhaitons les remplacer à 100% par des sacs biodégradables fabriqués en France », a déclaré le ministre.

Plus tôt dans la matinée, Arnaud Montebourg avait présidé le Comité national stratégique de filière chimie-matériaux, un secteur qui totalise 400 000 emplois en France, selon le comptage du ministre. Ce comité réunit les industriels, les partenaires sociaux, les parlementaires, les pôles de compétitivité et l’État. Un contrat de filière doit être signé d’ici six mois, afin d’aider au développement du secteur.

Photo : © Michael Augustin

Publié le : lundi 4 février 2013, par Michael Augustin

Réagir : 

 


2 commentaires pour cet article


  • Du gaz de houille et de schiste pour aider la chimie 5 février 2013 à12:40, par Cadel

    .. Il se démène, notre Arnaud du Redressement, mais on peut rester sceptique sur l’hypothèse d’un gaz "moins cher en France" et d’une filière soucieuse de la santé et de l’environnement. Bravo pour l’idée de sacs biodégradables à base de végétaux à la place des plastiques importés : regardons tout de même de très près avec quelle énergie ils seront fabriqués ? Car toutes ces énergies "fossiles" portent bien leur nom : elles appartiennent au passé et sont "dépassées" puisqu’elles accélèrent le réchauffement climatique - aujourd’hui une réalité dont nous connaissons déjà les prémices dévastateurs...
    Pendant le temps perdu à encourager et soutenir les filières polluantes, on n’investit toujours pas dans la recherche et le développement d’énergies nouvelles porteuses d’emplois et d’espoirs.

  • « 90% des sacs en plastique sont importés d’Asie et fabriqués à base d’hydrocarbures. Nous souhaitons les remplacer à 100% par des sacs biodégradables fabriqués en France », a déclaré le ministre.

    1- on peut être biodégradable tout en étant d’origine prétrolière.
    2- on peut ne pas être biodégradable tout en étant biosourcé comme certains plastiques issus de l’huile de ricin.

    C’est dommage que le ministre ne se renseigne pas avant de parler.

    Sinon, +1 avec ce qui est dit avant.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Main rouge au Grand Lyon

« La Métropole ne fait pas assez pour le climat ! »

Samedi 13 octobre, ils étaient à nouveau 15 000 selon les organisateurs et 10 000 selon la police, 120 000 dans 86 (...)
La suite
Climat

Une nouvelle marche pour que « les promesses soient tenues »

Ils entendent « mettre la pression sur les politiques », explique le vidéaste Usul, auteur d'un clip qui appelle à (...)
La suite
Nettoyons la nature

« Ça me fait mal au cœur »

Le lieu est un véritable dépotoir. A quelques pas des quatre tours de l'Observance (Lyon 9ème), le glacis du Fort (...)
La suite
15 000 personnes pour le climat

Climat : une marche pour réveiller les politiques

Une chaine humaine était prévue autour de l'hôtel de ville mais les trois rues qui bordent le bâtiment ainsi que (...)
La suite
Sauver la planète à Lyon

Grand Lyon : le Plan climat, pourquoi c'est important

Alors que l'été 2018 a été le deuxième le plus chaud jamais enregistré, le Grand Lyon travaille sur son prochain Plan (...)
La suite
Recycler, réutiliser, moins jeter

Ressourcerie : un projet solidaire pour s'équiper à prix doux

Des assiettes, des vêtements pour quelques sous, des livres à prix libre, un ordinateur à 30 euros, des disques vinyle (...)
La suite
Conférence par ci, schéma par là

Le Grand Lyon, fait-il assez pour le climat ?

« Dans vingt ou trente ans, on pourra traverser la Saône à pied, l'été. » Face à ce constat inquiétant, le Grand Lyon (...)
La suite