publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Pelléas et Mélisande : mise en scène ratée, voix magnifiques
Partager : 
Imprimer

Opéra de Lyon

Pelléas et Mélisande : mise en scène ratée, voix magnifiques

L’opéra de Claude Debussy, Pelléas et Mélisande, actuellement à l’affiche de l’Opéra de Lyon, est toujours aussi difficile d’accès pour le public. Et ce n’est pas la mise en scène ratée de Christophe Honoré qui le rendra moins hermétique… Heureusement, les voix sont d’une grande qualité.

Pelléas et Mélisande rappelle le mythe de Tristan et Yseult : deux jeunes gens, irrésistiblement amoureux, ne peuvent s’aimer car la jeune fille est mariée à un vieil homme jaloux (Golaud). Ils en perdront la vie.

Un opéra hermétique

La comparaison entre les deux opéras s’arrête là, car Pelléas et Mélisande est, à la décharge de Christophe Honoré, infiniment plus compliqué à mettre en scène que Tristan et Yseult. Le livret est de Maurice Maeterlinck, d’après sa pièce de théâtre éponyme. Il s’agit d’un drame lyrique en cinq actes et douze tableaux, hautement symbolique. La musique de Claude Debussy, volontairement anti-mélodique, s’accorde parfaitement à l’univers onirique de Maeterlinck. Un parti pris qui a dérouté le public dès l’origine. La première de Pelléas et Mélisande, le 30 avril 1902 à l’Opéra-Comique à Paris, fut en effet chahutée. Ainsi, au second tableau du deuxième acte, lorsque Mélisande s’écria : « Je ne suis pas heureuse ! », le public lui répondit : « Nous non plus ! ».

Une mise en scène moderne mais qui dessert le texte

La mise en scène de Christophe Honoré, qui situe l’action dans un décor d’Europe de l’Est, avec jaguars, entrepôts, béton, ruelles, fourrure, perruques et lunettes de soleil, plonge dans un univers de mafia et de prostitution en total décalage avec le texte, le ridiculisant même parfois. Comme dans la scène de la chevelure (acte 3 scène 1), inspirée du célèbre poème éponyme de Baudelaire ou encore de celui de Stéphane Mallarmé (Tristesse d’été, 1866), pour lequel Maeterlinck éprouvait la plus vive admiration. Dans le livret, Mélisande, accoudée à la fenêtre d’une des tours du château, peigne ses cheveux et chante : « Mes longs cheveux descendent/Jusqu’au seuil de la tour ». Chez Christophe Honoré point de tour, mais une jaguar sur le toit de laquelle grimpe Mélisande…

Le personnage de Mélisande avili

Mélisande est un personnage mystérieux. Golaud la rencontre pour la première fois dans la forêt, venue de nulle part, seule et effrayée. Debussy se plaisait à penser qu’elle serait la dernière femme, enfuie, de Barbe-Bleue, séductrice et ambiguë. Alors pourquoi la travestir en prostituée d’Europe de l’Est ? Pourquoi avilir la partie sauvage, mystérieuse que toute femme porte en elle ?

Beauté des voix

Heureusement, les voix sont toutes d’une très grande qualité : celle, profonde, du basse Jérôme Varnier (le vieux roi Arkel ) ; celle, toute en nuance, du séduisant ténor Bernard Richter (Pelléas) ; celle, émouvante, de la gracieuse soprano Hélène Guilmette (Mélisande) ; celle, chaleureuse, de la mezzo-soprano Sylvie Brunet-Grupposo (Geneviève, la mère de Golaud et de Pelléas) ; et enfin, celle, pure et perçante, du jeune Cléobule Perrot (Yniold, le fils de Golaud).

Cet opéra s’avère ainsi en tout point contraire au précédent spectacle de l’Opéra de Lyon, le Carmen d’Olivier Py, où tout était un régal, sauf les voix…

Info : jusqu’au 22 juin 2015. Billeterie : +33 (0)4 69 85 54 54

Photo : Opéra de Lyon

Publié le : mercredi 17 juin 2015, par Florence Leray

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite