publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Politique > Six élus de gauche fustigent un « pudding indigeste »
Partager : 
Imprimer

Réforme territoriale

Six élus de gauche fustigent un « pudding indigeste »

« Nous souhaitons alerter nos concitoyens sur la gravité de l’atteinte portée aux collectivités locales », clame Serge Tarassioux, maire communiste de Pierre Bénite. Le ton est donné. Quatre maires, un député et un sénateur du PCF et du Parti de gauche ont réuni ce lundi matin la presse, pour dire tout le mal qu’ils pensent de la réforme des collectivités territoriales, que prépare le gouvernement.

Cette reforme « signerait la fin de la décentralisation au profit d’un dirigisme autoritaire de l’État », s’étrangle Michèle Picard, maire de Vénissieux. Pour elle, c’est la démocratie de proximité qui est en danger. Et de craindre la disparition pure et simple des communes au profit de structures plus vastes comme la métropole, moins proches des habitants. « La réforme éloigne les centres de décision de nos concitoyens », confirme Serge Tarassioux. Pour le député André Gérin, ancien maire de Vénissieux, venu prêter main forte à ses ex-collègues, la réforme territoriale entraînerait la création d’une « nouvelle administration de Bruxelles au niveau local ».

L’objectif de réduction de coûts, avancé par le gouvernement, ne trouve aucune grâce aux yeux de ces maires de la banlieue lyonnaise. La plupart des 525 000 élus locaux sont en effet bénévoles. « Le coût global de la fonction politique est de 28 millions d’euros », affirme la mairesse de Vénissieux. « Les [seuls] frais personnels de la présidence (de la république, ndlr), 70 millions d’euros, sont ainsi 2,5 fois supérieurs au coût global de tous les élus. » Pour elle, le déficit de l’État vient surtout du bouclier fiscal, de la TVA à 5,5% dans la restauration et des exonérations de charges accordées aux entreprises. 140 milliards d’euros au total, selon ses calculs, soit l’équivalent du déficit de l’État en cette année de crise économique.

Alors que la droite justifie sa réforme par la nécessité d’alléger le « mille-feuilles administratif », cet argument n’a pas plus de succès auprès des six élus grand-lyonnais. Avec les communes nouvelles, les pôles métropolitains et les métropoles, la réforme y rajoute encore de nouveaux échelons, fustige le sénateur communiste Guy Fischer. « Un pudding indigeste », résume Michèle Picard. Pour elle, les principales victimes de la réforme seront les personnes défavorisées. « Les familles de Neuilly ont moins recours aux services publics de proximité que les familles populaires », estime-t-elle. Et d’appeler de ses vœux une mobilisation comparable à celle de la campagne contre la constitution européenne de 2005. Tout en restant dubitative, quant au succès d’une telle action. « Le risque est grand qu’elle apparaisse secondaire, tant les problèmes de pouvoir d’achat, d’emploi, de précarité accaparent l’esprit de nos concitoyens », estime-t-elle.

Les maires réfléchissent alors à des moyens de se faire entendre. « Ça passe par l’organisation de réunions publiques, par des tracts, par le net », prévoit Michèle Picard. Ou encore par une journée de mairie morte, « pour montrer à quoi on sert », ajoute Serge Tarassioux. Avec ses collègues, il demande le projet de réforme soit soumis à un référendum.

Photo : lyon-info.fr

Publié le : lundi 8 février 2010, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Parole de militant

De tous les combats, de Chevènement à Mélenchon

Fort d'un engagement riche en rebondissements, James Georges milite aujourd'hui pour la France insoumise et (...)
La suite
Parole de militant

Une enfant des Minguettes marche pour Macron

Cette Vénissianne de 43 ans a été choisie comme suppléante par le député sortant Yves Blein, alors qu'elle ne fait (...)
La suite
Parole de militant

« Ceux qui parlent trop ne font rien »

Adjoint à la mairie de Vénissieux, Abdelhak Fadly ne ménage pas ses forces dans cette campagne législative. Retour sur (...)
La suite
Après 37 ans de carrière politique

L'ancien sénateur communiste Guy Fischer est décédé

Infatigable défenseur des démunis, l'ancien sénateur communiste Guy Fischer s'est éteint samedi 1er novembre (...)
La suite
A partir du 1er janvier 2015

Qui est le Nouveau Rhône ?

Nous sommes le 1er janvier 2015. Si vous habitez Tarare, Villefranche ou Belleville, vous vous réveillez dans un (...)
La suite
La liste identitaire invalidée

Vénissieux : les municipales annulées

Dans un jugement communiqué ce mardi, le tribunal administratif de Lyon a décidé l'annulation des élections (...)
La suite
Rhône

Sénatoriales : l'UMP et le cumul des mandats grands gagnants

L'UMP a enregistré une nette victoire aux sénatoriales dans le Rhône. La liste emmenée par le maire d'Oullins (...)
La suite