publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Sport > Ligue 1 : Lyon en déperdition
Partager : 
Imprimer

Reims 1-0 OL

Ligue 1 : Lyon en déperdition

Une nouvelle fois médiocre face à une équipe de bas de tableau, l’OL s’est incliné logiquement par le plus petit des scores (1-0) en terres champenoises. Pourquoi l’OL n’avance-t-il plus en 2013 ? Éléments de réponse et débriefing du match de Reims.

A Reims, l’unique but de la rencontre a été inscrit par Krychowiak, sur penalty à la 53e minute de jeu, suite à une faute de Milan Bisevac dans la surface de réparation. Le serbe a d’ailleurs été expulsé, laissant ses coéquipiers en infériorité numérique durant quarante minutes.

Un OL de plus en plus pathétique

Si l’équipe de Reims, déjà tombeuse du PSG et de Rennes le mois dernier, a joué le coup à fond, côté OL, pas grand chose à dire, face pourtant à une équipe toute proche de la zone de relégation. Vercoutre a été le meilleur Rhodanien, évitant une grosse fessée en se montrant décisif sur quatre occasions franches des Rémois. Pour le reste de l’équipe, rien. Le néant. Excepté Lacazette, qui est incontestablement l’un des meilleurs offensifs de l’OL en ce moment, l’équipe s’est montrée pathétique, en tout point et à tout niveau.

Complètement ridicule défensivement au cours du premier quart d’heure (la mise à l’écart de Lovren aura au moins permis de constater que les défenseurs remplaçants le sont parce qu’ils sont encore moins bons que les titulaires), l’OL a néanmoins tenté d’imprimer son jeu en fin de première mi-temps… mais sans réussite.

Sans Malbranque, bien moins décisif en 2013, le milieu de terrain composé par Gonalons, Fofana et Grenier essayait de faire bonne figure. Seulement, insuffisants dans leurs tâches défensives en ne pressant pas suffisamment, les trois joueurs faisaient aussi preuve d’un étonnant laxisme en attaque, délivrant des passes trop peu précises ou pas assez appuyées pour des Gomis et Lisandro perdus.

Cet OL ne ressemble en rien à une équipe, mais se compose plutôt de trois lignes horizontales sans aucun liant. Difficile, dans ces conditions, d’amener un ballon correctement aux abords de la surface adverse, et donc de se créer des occasions de but.

Les choix de Garde remis en cause

La défense, principal point faible de l’OL depuis 2013, est régulièrement pointée du doigt. Mais la composition de cette défense à Reims faite par l’entraîneur de l’OL pose de nombreuses question. Lovren, ridicule contre Sochaux la semaine dernière (1-2), a été écarté du groupe, officiellement pour « prendre du repos ».

La charnière centrale a ainsi été complétée par Koné, dont on connait les non-prouesses sportives de première partie de saison. Côté droit, alors qu’Anthony Réveillère est parfaitement remis de sa blessure, Rémi Garde à choisi de titulariser Dabo. Pour quelle raison ? Autre débat côté gauche, où le coach rhodanien persiste à aligner Samuel Umtiti, pourtant beaucoup plus performant lorsqu’il se trouve dans l’axe.

Le turn-over incessant opéré par Rémi Garde n’aide pas les joueurs à se stabiliser et à créer des automatismes. Dans une telle période de doute, les changements à ce niveau-là apparaissent comme particulièrement risqués.

Autre débat, en attaque cette fois : Lisandro Lopez a encore été aligné côté gauche, et Alexandre Lacazette côté droit, alors que les deux joueurs crient depuis des mois leur besoin d’être alignés dans l’axe pour se montrer plus décisifs. Ça a d’ailleurs été le cas de Lacazette, aligné en pointe et buteur contre Bordeaux (4-0), ou de Lisandro, régulièrement scoreur lorsqu’il s’empare de cette place axiale. Seulement, un troisième homme est dans la course et à les faveurs de son coach pour le moment : en voulant titulariser coûte que coûte un Bafé Gomis de plus en plus inutile, Garde est obligé d’excentrer ses deux autres attaquants. Compte tenu du niveau médiocre de performance de Gomis dans l’axe ces dernières semaines, l’OL ne marque donc quasiment plus.

L’OL éjecté du podium

Battu lors de ses trois derniers matchs par Bastia (1-4), Sochaux (1-2) et Reims (0-1), et n’ayant pris que 15 points sur 36 possibles depuis la trêve, l’OL a peu à peu gâché une première partie de saison excellente et se retrouve, au soir de la 31e journée de Ligue 1, quatrième du championnat. Pourtant, sorti de toutes les coupes (Coupe de France, Coupe de la Ligue, Ligue Europa), le rythme d’un match par semaine était censé être un atout à Lyon. C’est malheureusement la pire des choses qu’il ait pu lui arriver. Car en subissant un rythme d’équipe banale du championnat, l’OL fait les frais des éliminations prématurées, et la démotivation générale de ses troupes.

Entre un mercato d’hiver très mal géré (départ de Bastos en prêt, transfert puis retour de Briand de Monaco, une communication générale désastreuse), des négociations de contrat en cours, des contacts avec d’autres clubs en prévision du mercato d’été et les obligations sportives nécessaires à la réussite des objectifs fixés en début de saison, certains joueurs (désignés cette semaine par Rémi Garde) ont déjà fait leur choix et n’entrent plus dans le projet sportif du club. Les autres, trop jeunes, ne savent pas gérer une fin de saison sous tension où de nombreuses équipes reviennent très vite sur l’OL (Montpellier, Lille, Nice), d’autres l’ont déjà dépassé (Marseille et Saint-Étienne).

Un manque de cadres à Lyon

Il manque véritablement de cadres dans cette équipe. De joueurs forts, irréprochables, qui ont la légitimité pour recadrer un groupe. Puisqu’aucun joueur ne semble prendre ses responsabilités, ce sont Jean-Michel Aulas et Rémi Garde qui s’y collent et tentent de remotiver leurs joueurs.

Le président a adressé une pique à ses joueurs après la claque reçue à Bastia il y a deux semaines (1-4), expliquant qu’il « en [voulait] personnellement à [ses] joueurs qui ont montré plus d’assurance dans les discussions individuelles, dans leur envie de négocier leur contrat, de se développer, que dans la solidarité sur le terrain ».

Mais la réaction des Gones, si elle a été perceptible contre Sochaux, n’a pas porté ses fruits sportivement avec une nouvelle défaite (1-2). Cette fois-ci, Rémi Garde est monté au créneau, demandant à ses joueurs de jouer contre Reims avec « la bave aux lèvres » : un discours inhabituel qui n’est apparemment pas bien passé auprès du groupe, compte tenu de la prestation médiocre réalisée ce dimanche, en fin d’après-midi.

Après cette troisième défaite consécutive en Ligue 1 (une première depuis septembre 1993), Jean-Michel Aulas et Maxime Gonalons sont venus sur le terrain s’adresser aux 500 supporters de l’OL qui avaient fait le déplacement à Reims (le transport et la place de match étaient intégralement payés par le club). Symbole rare et tellement révélateur du mal-être ambiant à Lyon.

La dernière fois que le président de l’OL s’était plié à cet exercice périlleux, c’était lors de la défaite le 26 septembre 2010 à Gerland contre l’AS Saint-Étienne lors du 100e derby entre les deux clubs (0-1). Ironie du sort, ce sont encore les Verts qui rient. A la faveur d’une courte victoire contre Evian, ils viennent en effet de chiper la troisième place à l’OL, et donc de l’éjecter du podium, pour la première fois depuis… la première journée.

L’avenir économique en jeu

Plus que jamais, l’OL s’enfonce dans une crise sportive et financière qui pourrait bien mettre à mal toute l’institution. Car sans Ligue des Champions l’année prochaine, et peut-être même sans Coupe d’Europe tout court (compte tenu du calendrier ardu qui attend les Gones), le club va être contraint d’adopter une politique économique et budgétaire encore plus stricte. Cela puisqu’avec les investissements réalisés pour le Grand Stade de Décines, les principales recettes du club en baisse significative (billetterie, produits dérivés, sponsoring, droits marketing et TV…) et un réel gouffre à combler depuis les pertes de ces trois dernières saisons de 91,6 ME, l’OL est aujourd’hui obligé de se serrer la ceinture… et pourrait même devoir se la serrer davantage.

La cession des joueurs reste aujourd’hui la principale rentrée d’argent du club. Sans aucune Coupe d’Europe, l’OL devrait donc se séparer de joueurs à forte valeur marchande (Gomis, Lisandro, Gourcuff), mais aussi probablement de joueurs du centre de formation (Umtiti, Gonalons, Lacazette…). A cet effet, la récente prolongation de contrat de Samuel Umtiti pourrait être anticipée dans le cas d’une revente pour valoriser son coût de transfert. Mais au-delà de l’aspect financier, il existe une réelle crise sportive au club.

Les joueurs concernés par les objectifs de l’OL sont de plus en plus sous tension, comme en témoigne la semelle très appuyée de Ghezzal sur la cheville d’Agassa contre Reims, où encore l’insulte de Bisevac à l’encontre de l’arbitre, qui lui a d’ailleurs valu son expulsion.

Un entraineur impuissant

Enfin, même Rémi Garde semble avoir totalement perdu le contrôle de la situation. Le coach, d’habitude si calme, posé, réfléchi, dédramatisant toutes les situations, s’est pour la première fois exprimé en des mots très forts ce soir. « Il y a quelque chose qui se casse et je suis assez inquiet », a-t-il expliqué. « Je constate qu’il y a beaucoup moins d’entrain, d’enthousiasme dans l’équipe, que les efforts sont plus individuels que collectifs quand il y en a. Je n’ai pas d’explication. Je m’inclus dans cette trajectoire descendante. J’essaie de trouver les mots et de trouver aussi les bons équilibres sur le terrain. Pour le moment cela ne fonctionne pas. Il y a urgence. Il faut se serrer les coudes, retrouver beaucoup d’humilité et se mettre au travail ».

L’humilité devrait être de mise à Tola Vologe cette semaine. Le travail aussi. Reste donc à montrer toutes ces bonnes intentions la semaine prochaine, à Gerland contre Toulouse. Sous peine de dégringoler un peu plus dans ce championnat.

Photo : OL

Publié le : mardi 9 avril 2013, par Mikhaël Defoly

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Site de pronostics gratuit

Internet : prédire le parcours de l'OL et gagner de nombreux lots

A quelques jours de la reprise de la Ligue 1, un nouveau site voit le jour sur la toile footballistique, à mi-chemin (...)
La suite
280 jeunes

Coup d'envoi du Tony Parker camp

Ils viennent de toute la France mais également de Chine, des États-Unis ou encore du Burkina Faso. Le Tony Parker (...)
La suite
Après rénovation

La piscine du Rhône rouvre enfin

Avec 15 jours de retard sur les autres piscines lyonnaises, celle du Rhône ouvre ses portes jeudi après (...)
La suite
Nouveau président

Tony Parker : « On ne va pas tout révolutionner à l'Asvel »

Tout juste auréolé de son quatrième titre de champion de NBA, Tony Parker a promis de « monter une belle équipe dont (...)
La suite
Une semaine de finale

Hockey : le LHC sur la dernière marche avant la Ligue Magnus

Ça fait 14 ans que le Lyon hockey club en rêve. Relégué en 2000 en division 3 en raison de difficultés financières, le (...)
La suite
Dix mois de travaux

Duchère : le stade de Balmont aux normes interrégionales

L'ancienne piste d'athlétisme en béton a été remplacée par une toute nouvelle de huit couloirs en synthétique. (...)
La suite
Ouverture le 2 juillet

La piscine du Rhône a fait (un peu) peau neuve

Un toboggan 4 pistes, des jacuzzis, une nouvelle pataugeoire et des jeux, la partie nord de la piscine du Rhône a (...)
La suite